L’enseignement de demain sera hybride ! Pourquoi et comment s’y préparer ?

L’enseignement supérieur a été contraint de migrer massivement et dans l’urgence vers les cours à distance. Il a aujourd’hui l’occasion d’anticiper son passage vers une nouvelle forme d’enseignement hybride.
En partenariat avec 

Le confinement a révélé de grandes disparités en termes de maturité numérique. C’est vrai dans les entreprises, ça l’est également dans les établissements scolaires. Près de 200 pays ont dû se résoudre à les fermer durant la crise et 60 % de la population étudiante mondiale a été affectée par ces fermetures. « Beaucoup d’établissements étaient prêts et n’ont pas arrêté les cours, mais beaucoup ont également ouvert les yeux à ce moment là sur l’importance du numérique, se souvient Stéphanie Piet en charge de la transformation numérique dans l’enseignement supérieur et la recherche chez Microsoft France. L’accélération a été fulgurante. Toutes les écoles et universités qui étaient encore en phase de réflexion et n’osaient pas sauter le pas de l’enseignement digital n’avaient plus le choix. L’équivalent de deux années de transformation a été réalisé en l’espace de deux mois ».

De nouvelles opportunités d’interactions

Aujourd’hui, si les écoles, collèges et lycées ont rouvert leurs portes, l’enseignement supérieur lui, se fait encore très largement à distance. Visioconférence, chat et partage de documents rythment les cours. Et il est possible d’aller encore plus loin. Contenu enrichi, cocréation ou gamification, une multitude d’applications permettent aux enseignants de penser et animer leur cours autrement. Mais le constat de fracture numérique est toujours présent. Tous les étudiants, enseignants ou membres des équipes administratives n’ont pas la même aisance avec l’outil numérique. Alors que les cours à distance vont s’installer durablement dans les établissements, des plans de formation doivent être mis en place pour accompagner tous les acteurs vers l’enseignement hybride. « Il ne faut pas utiliser la technologie pour faire un copier-coller du présentiel, soutient Stéphanie Piet. Le numérique doit apporter un service supplémentaire et pour cela, il faut revoir les modes d’interaction avec les étudiants et d’animation des cours. » Une montée en compétences qui doit également viser à garantir la sécurité et la confidentialité des données. En effet, 73% des institutions d’enseignement supérieur ont besoin d’au moins trois jours pour mettre en place des mesures de sécurité à la suite d’une attaque informatique1. La sensibilisation aux bonnes pratiques de sécurité est clé pour permettre le développement d’une éducation connectée.

Un outil contre le décrochage

Alors que les salles hybrides étaient quasiment inexistantes il y a encore un an, les établissements ont commencé à s’équiper ces derniers mois pour s’adapter aux contraintes sanitaires. Des solutions de collaboration tout-en-un et prêtes à l’emploi existent pour simplifier ce type de déploiement, comme les Microsoft Teams Rooms. L’enjeu : parvenir à accueillir une partie des élèves en présentiel tout en conservant l’implication et l’engagement de l’autre partie à distance. Les micros et caméras déployés dans de nombreuses salles permettent aujourd’hui de faire en sorte que les télé-étudiants se sentent pleinement intégrés au cours. La technologie peut apporter une assistance additionnelle aux enseignants. « Avec Microsoft Azure et l’intelligence artificielle, il est par exemple possible de détecter le décrochage scolaire plus facilement sur un grand groupe d’étudiants et donc de pouvoir mettre en place rapidement un plan d’accompagnement de l’étudiant en difficulté. Il est aussi possible de mettre à la disposition des étudiants un coach virtuel personnel capable de les conseiller pour leur apprentissage », illustre Stéphanie Piet.

Une console de statistiques peut également être intégrée à Teams afin de permettre à l’enseignant de savoir qui s’est connecté au cours à distance, connaître l’heure d’arrivée et de départ des étudiants ou encore vérifier si les documents de travail ont bien été téléchargés.

Un levier pour une école plus inclusive

Au-delà du contexte sanitaire, la pérennisation de l’enseignement hybride constitue également une opportunité d’étendre l’accès à l’éducation. De nombreux étudiants dans l’incapacité de se déplacer pourront ainsi suivre davantage de cursus à distance. Il est essentiel que chacun puisse personnaliser son expérience d’apprentissage en fonction de ses difficultés, visibles ou invisibles. La question du handicap à l’école n’attend pas une réponse unique et le numérique propose donc un ensemble de solutions et de fonctions d’accessibilité intégrés dans les solutions Microsoft pouvant répondre et s’adapter à la plus grande variété de besoins. La lecture, l’écriture, les mathématiques ou encore la communication sont des piliers permettant à chaque étudiant de développer d’autres capacités comme la créativité, la pensée critique ou encore la capacité à travailler en groupe. En s’adaptant aux besoins particuliers de chacun, on dépasse la question du handicap, puisque chaque étudiant n’apprend pas de la même façon, ni au même rythme. La possibilité de visualiser le cours sur écran peut également simplifier le quotidien des élèves souffrant de dyslexie par exemple. Ces derniers peuvent utiliser le lecteur immersif de Microsoft Teams afin d’entendre à voix haute les documents écrits.

Pour garantir l’accès à l’éducation, la question de l’équipement des étudiants est donc elle aussi fondamentale. Ces derniers doivent pouvoir accéder à des ordinateurs leur permettant d’être productif, que ce soit à distance ou sur site, pour un coût abordable. Les ordinateurs dotés d’un écran tactile sont notamment de plus en plus demandés pour tirer parti des applications collaboratives comme le tableau blanc. « L’enseignement hybride est bien parti pour s’imposer comme une nouvelle norme éducative, souligne Stéphanie Piet. Alors que les étudiants sont encore majoritairement chez eux, les établissements d’enseignement supérieur bénéficient actuellement d’une fenêtre de tir pour innover et préparer au mieux leur retour. Maintenant est le meilleur moment pour opérer cette transformation. »

1 Guide Microsoft de l’enseignement hybride 

Thierry Coiffé

About the Author: Thierry Coiffé

Public Sector Sales Director. Head of Local Gov., Healthcare and Education K12. chez Dell Technologies