4 besoins à prendre en compte pour construire votre Edge Computing

L’intégration de nouvelle couche de traitement en périphérie aura des répercussions sur vos infrastructures et vos méthodes de gestion.

Nous avons vu dans un récent article ce qu’est réellement l’edge computing. Il est temps désormais de s’intéresser à ce que cela implique en termes d’infrastructures et d’administration. L’edge computing réclament évidemment des équipements adaptés, mais également de nouvelles capacités de gestion afin de prendre en charge cette extension du système d’information le plus efficacement possible.

Une infrastructure robuste et « data-centric »

Mais commençons par le commencement. Pour construire votre Edge, vous aurez besoin de déployer des ressources de calcul, de stockage et de réseau bien loin de votre datacenter. Et cela a plusieurs conséquences. Tout d’abord, ce matériel devra être en mesure de fonctionner dans des conditions bien moins confortables que celles ultra-maîtrisées d’un centre de données. Températures extrêmes, poussière, humidité, chocs ou vibrations, que vous souhaitiez installer vos appareils dans une usine, sur une plateforme pétrolière ou directement dans un avion, ceux-ci auront tout intérêt à offrir la plus grande robustesse. Ensuite, ils devront également fournir toute la puissance de calcul et les volumes de stockage nécessaires pour prendre en charge les torrents de données que les capteurs vont leur envoyer en permanence. Le Hard Rock Stadium par exemple, enceinte des Miami Dolphins dont nous avons récemment moderniser l’infrastructure, génère pas moins de 200 To de données à chaque match. Un véhicule connecté crée quotidiennement 5 To de nouvelles données, quand une smart factory en produit en moyenne 1 Po chaque jour. Et précisons que ces données sont essentiellement non structurées. Stockage haute densité et accélérateurs embarqués (GPU, FPGA, etc.) seront vos meilleurs alliés pour traiter de telles volumétries avec la vélocité requise.

Une administration centralisée et automatisée

L’éloignement et l’hétérogénéité du Edge réclament de nouvelles capacités de gestion. Alors qu’il sera parfois, voire souvent, impossible d’accéder physiquement aux machines, toutes les opérations de maintenance devront pouvoir être réalisées à distance et l’apprentissage de l’intelligence artificielle ou les mises à jour distribuées depuis une console centralisée. Cette centralisation est également clé dans la gestion du réseau. Le Edge est composé d’une multitude de connexions différentes (ADSL, 4G/5G, satellites, MPLS, etc.) fournies par une multitude d’opérateurs différents. La technologie SD-WAN va très vite s’avérer indispensable pour permettre de gérer tous ces liens depuis un point unique et permettre à l’Edge de garantir l’acheminement de la donnée jusqu’à sa destination en empruntant automatiquement le meilleur chemin possible.

Un support agile et mondial

L’autre sujet important à valider avec votre fournisseur d’infrastructure Edge est sa capacité à délivrer le support nécessaire. Travailler dans un datacenter est une chose, faire du support à bord d’un bateau par exemple en est une autre. Lorsque vos serveurs navigueront sur les océans, vous ne pourrez pas vous permettre de maintenir le navire à quai pendant plusieurs jours afin de permettre à un technicien d’intervenir sur une panne. Il sera parfois plus intéressant financièrement d’envoyer la pièce nécessaire par hélicoptère sur le bâtiment naviguant en mer plutôt que de bloquer un chargement. Cela requiert une véritable transformation dans les méthodes et la logistique du support pour s’assurer que les bonnes compétences et les bons composants seront parfaitement au bon endroit, au bon moment, et au meilleur coût pour intervenir.

Une gouvernance cadrée et adaptée

Dernier point, et non des moindres : la gouvernance. Fondamentale dans les projets IT, elle l’est encore d’avantage dans les projets Edge, où les infrastructures, applications et données vont être dispersées sur différents sites ou différents pays et dépendre de plusieurs autorités de régulation différents. Alors que l’exploitation de la donnée va entrainer un rythme d’innovation beaucoup plus rapide, il est impératif de définir et adapter très finement les règles de consommation des ressources afin de ne pas ralentir les processus à cause de problématiques liées à des circuits de décisions chaotiques.

Vincent Barbelin

About the Author: Vincent Barbelin

Vincent Barbelin est CTO, CTO Ambassador de Dell technologies France.