• Comparaison avec la déduplication

      Si vous modifiez le titre d’un document Word de deux mégaoctets, le système de stockage en instance unique conserve la première copie du document Word et stocke la copie intégrale du document modifié. En cas de modification d’un fichier, tout le fichier modifié doit être stocké à nouveau. En revanche, le processus de déduplication des données, qui réduit les données au niveau des sous-fichiers, détecte que seul le titre a été modifié. Il stocke alors uniquement le nouveau titre et crée des pointeurs vers le reste des segments de contenu du document.

      En règle générale, les systèmes EMC Data Domain permettent de diviser par deux ou par quatre le volume des données sauvegardées lors d’une sauvegarde initiale complète. Lors des sauvegardes incrémentielles suivantes des fichiers, le facteur de réduction est de six ou sept et, pour les sauvegardes complètes ultérieures, on atteint des facteurs de réduction de 50 à 60. Le stockage en instance unique présente peu d’intérêt pour une sauvegarde initiale complète ou pour les sauvegardes incrémentielles des fichiers. À cet égard, le processus de déduplication d’EMC Data Domain offre des performances 80 à 90 % supérieures, c’est-à-dire qu’il nécessite beaucoup moins de stockage.

      L’écart est encore plus important lorsqu’il s’agit de données structurées. En effet, les bases de données sont modifiées tous les jours et font donc généralement l’objet d’une sauvegarde complète quotidienne. Là encore, le stockage en instance unique ne présente aucun intérêt. En revanche, les systèmes Data Domain peuvent réduire les exigences en matière de stockage de sauvegarde d’un facteur 10 à 30 dans les mêmes circonstances.